Lizzy

Lizzy
Lizzy

Pas de révélation divine soudaine chez Lizzy, ma nièce, mais la simple envie de jouer avec le rideau. La surface de travail est encore une fois du multiplis de 10mm. Ce support me convient parfaitement, je le mets à dimension à l’atelier avant de commencer mon travail.
J’ai abandonné ici les couleurs saturées que j’utilisais récemment, approfondissant pour l’occasion les glacis à l’huile. Utiliser des pinceaux minuscules pour appliquer un glacis qui fera varier de façon infinitésimale la qualité de la couleur m’apporte un grand plaisir ; j’ai troqué les gants de boxe du pastelliste pour le micro-bistouri du peintre à l’huile 😂!

6 réponses

  1. Mon ami Gégé m’écrit par mail : “le vent de la déstabilisation souffle sur ma sensibilité artistique en tombant en arrêt devant cet improbable objet artistique irradiant une forme nouvelle de mysticisme athée et de religiosité anarchique empreinte d’une touche de Pierre et Gilles et d’une sous-couche d’académisme désuet, aromatisée d’une quête d’absolue beauté. En d’autres termes, c’est très fort et ça me plaît ! Bravo à l’artiste, à sa muse et à son modèle ! Le piano semble avoir définitivement remplacé l’accordéon…”

Laisser un commentaire